S'INSCRIRE
Mot de passe oublié

Colombie, une guerre sans nom © Livia Saavedra

Si la paix a été signée avec les FARC en novembre 2016, le processus est moribond et la situation, chaque mois plus tendue. En effet, les intérêts sont grands dans un pays où la lutte pour la terre est toujours aussi âpre. Le contrôle des matières premières ou des routes du narco trafic mettent en jeu les paras militaires et un gouvernement qui peine à être démocratique. La Colombie est le pays le plus violent d’Amérique Latine selon le Global Peace Index 2017, devant les Etats Unis ou le Venezuela.
La province du Cauca est particulièrement touchée par cette vague de violence, certains territoires comptant jusqu’à sept acteurs armés.
Les assassinats de leaders sociaux sont en hausse constante depuis le début de l’année 2018.
Parmi les communautés touchées, l’on trouve les indiens Nasa luttant pour récupérer des terres promises depuis 1991. Les habitants du Naya directement touchés en raison du narco trafic et des intérêts financiers énormes du port de Buenaventura. Les cocaleros qui tentent de substituer la culture de coca ou encore Francia Marquez qui vient de recevoir le prix Goldman.