S'INSCRIRE
Mot de passe oublié

Les îles Ogasawara, la communauté nippo-américaine dans les mers subtropicales © Stefano De Luigi / VII

Isolé à 1000 km au sud de Tokyo dans l’océan Pacifique, l’archipel d’Ogasawara accueille les rares visiteurs qui font la traversée de 25 heures en ferry. Sans liaison aérienne, ces îles, sous l’administration de la préfecture de Tokyo, sont néanmoins classées au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2011.

Aujourd’hui, seules deux des 103 îles sont habitées par approximativement 2.300 japonais mais aussi les “Obeikei”, des nippo-américains. En effet, les îles abritaient la plus grande colonie de baleiniers de la Nouvelle-Angleterre et Hawaï au 19ème siècle. Le mélange sanguin entre Occidentaux, Africains et Asiatiques depuis près de deux siècles a donné naissance à une communauté unique sur cette île, dont la culture, l’identité et l’histoire sont encore en vie.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, 7 000 insulaires ont été contraints d’évacuer Ogasawara. Vivant en exil, les Obeikei ont vécu des traumatismes de guerre à travers leur double identité américano-japonaise. Occupé par la marine américaine, Ogasawara est officiellement rendu au Japon en 1968. Seulement 129 Obeikei ont été autorisés à revenir en 1946 et à vivre sous juridiction américaine, alors que des milliers de ressortissants japonais n’ont pas pu rentrer chez eux pendant 23 ans.